La "nouvelle normalité" de l'Afrique est entre les mains de son secteur privé

27 juillet 2020EntrepreneurshipKimboCare Content Team
2020-07-27T21:35:00.000Z2020-07-27T21:35:00.000ZUn motard qui mène une vie saine et libre dans une capitale africaine

Le monde entier a été durement touché par la pandémie de COVID-19. Les effets de la pandémie de COVID-19 sur l'Afrique ne sont pas encore connus et pourraient être terribles. De nombreux pays en développement ne sont pas bien placés pour contrôler l'épidémie. Des problèmes tels que l'insécurité alimentaire et le manque d'eau potable aggravent le problème.

Dans le premier article de notre série KimboCare's COVID-19, nous avons souligné l'importance des solutions afro-centriques et le rôle crucial du secteur privé dans la lutte contre cette crise. Ici, à KimboCare, notre priorité numéro un est d'habiliter et de permettre aux nations mal desservies de se développer économiquement et socialement. Dans cet article, nous voulons reconnaître les initiatives privées qui prennent des mesures novatrices pour permettre aux pays africains de lutter contre la pandémie et de réduire les ravages à long terme du COVID-19.

La situation est-elle vraiment difficile ?

Selon Forbes, l'Afrique n'a pas connu le même nombre de décès dus au COVID-19 que d'autres nations plus développées. Cependant, cela pourrait changer, et lorsque ce sera le cas, cela créera de graves problèmes pour les pays qui manquent déjà de ressources. Début mai, le COVID-19 s'est propagé dans plus de 30 pays africains et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que l'Afrique pourrait connaître près de 200 000 décès au cours de l'année prochaine si la pandémie n'est pas contenue. Il est difficile de dire où se situe réellement chaque pays en termes de taux d'infection et de décès, étant donné les niveaux considérablement bas de tests disponibles par habitant. Par exemple, le Sénégal, un pays qui a mené les efforts pour produire des kits de dépistage plus abordables à un dollar, ne dispose que d'environ 1,6 test pour 1000 personnes, contre 32 aux États-Unis.

L'Afrique est confrontée à quelques autres défis majeurs liés au COVID-19.

Le premier problème est la pénurie d'équipements de protection individuelle (EPI) essentiels. Forbes estime que l'Afrique aura besoin de pas moins de 500 000 ventilateurs pour faire face à la crise. Malheureusement, il est difficile de déterminer le nombre de ventilateurs dont disposent certains pays d'Afrique. Selon Reuters, le continent entier compte en moyenne moins d'un ventilateur pour 100 000 habitants. De nombreuses nations en ont beaucoup moins. Par exemple, interrogé par les journalistes, le ministre de la santé de la République centrafricaine, Pierre Somse, a déclaré que son pays ne disposait que de trois ventilateurs. Beaucoup de ces pays ne disposent pas des budgets nécessaires pour acheter davantage de ventilateurs. En outre, il est pratiquement impossible pour la chaîne d'approvisionnement existante de répondre à la demande qui sera nécessaire.

Le deuxième problème est que la pandémie de coronavirus pourrait très bien entraîner une augmentation du nombre de décès dus à des problèmes chroniques comme le VIH. Selon l'OMS, une interruption de six mois de la thérapie antirétrovirale due au COVID-19 pourrait entraîner près d'un demi-million de décès supplémentaires en Afrique subsaharienne.

Un troisième problème est que les interruptions de la chaîne d'approvisionnement risquent d'aggraver les problèmes d'insécurité alimentaire. Le nombre de personnes menacées de famine dans les pays en développement est actuellement de 135 millions. Cependant, les experts s'attendent à ce que ce nombre double pour atteindre 265 millions après COVID-19. Il y a plusieurs raisons à cela. La pandémie entraîne une réduction du financement des programmes d'aide. En outre, les restrictions imposées à l'agriculture par les travailleurs malades et les règles de distanciation sociale limitent la quantité de nourriture produite.

Tous ces problèmes peuvent conduire à l'affaiblissement du continent à grande échelle, ce contre quoi nous luttons à KimboCare. La situation devient d'autant plus préoccupante que les gouvernements commencent à assouplir les restrictions pour atténuer la douleur économique des ménages et prévenir un ralentissement substantiel. Le risque d'un deuxième tour de verrouillage est réel, si le retour à la "nouvelle normalité" n'est pas intelligemment orchestré.

Que fait-on ?

La bonne nouvelle, c'est que les entreprises privées se mobilisent de plus en plus pour apporter leur aide. Par exemple, les développeurs de logiciels Trixta ont mis au point une application permettant de suivre les données du COVID-19 en temps réel. Cette application permet aux médecins et aux hôpitaux d'Afrique de suivre les cas en temps réel et aide les hôpitaux et les cliniques à mieux planifier l'utilisation des fournitures limitées, telles que les ventilateurs et les lits d'hôpital.

Une autre entreprise qui a apporté son aide est Associated Electric Cooperative Inc. (AECI) en Afrique du Sud, l'une des nations les plus touchées par le coronavirus. L'OMS a félicité ce pays pour avoir réussi à endiguer la propagation du COVID-19. L'AECI a été l'une des premières entreprises privées à se mobiliser et a fait don de plus de 1,9 million de rands. Le pays a utilisé cet argent pour le personnel médical des hôpitaux, les stations de lavage des mains dans les cliniques, les désinfectants pour les mains des communautés vulnérables, etc.

Avec d'innombrables initiatives du secteur privé qui surgissent continuellement à travers les pays africains pour lutter contre l'épidémie, des campagnes de santé éducatives à la production d'équipements de protection en passant par des kits de dépistage abordables ou des applications de suivi des cas comme mentionné ci-dessus, la crise dévoile l'énorme potentiel de l'Afrique pour une croissance durable et une indépendance économique.

Et maintenant ?

Maintenant, l'Afrique est-elle aussi touchée que nous le pensions ? C'est difficile à dire. Le nombre de cas de COVID-19 signalés augmente dans plusieurs pays, mais le continent semble bénéficier de plusieurs facteurs, notamment : une expérience avérée dans la lutte contre les épidémies catastrophiques, des températures plus élevées susceptibles d'inhiber la longévité du virus dans l'air, et une population qui se situe largement en dehors des catégories démographiques vulnérables au COVID-19, avec une espérance de vie de 62 ans et un âge médian de 20 ans. Comme le note Quartz Africa, l'Afrique est résiliente.

Les gouvernements, les entreprises et les particuliers ont la possibilité de repenser les normes d'engagement et de collaboration afin de permettre à toutes les parties de contribuer de manière significative au voyage de l'Afrique vers la "nouvelle normalité". Plus que jamais, le continent a besoin de l'aide de son secteur privé pour parvenir à une reprise post-pandémique et au-delà.

Connaissez-vous quelqu'un qui pourrait bénéficier de la lecture de cet article ? Avez-vous d'autres idées ou points de vue ? Partagez-le sur les médias sociaux dès maintenant.

Par Murielle Tiambo et Franck Tiambo, KimboCare enthousiastes

Articles associés
Le vieux secret africain dans la lutte contre la pandémie de Covid-19Le vieux secret africain dans la lutte contre la pandémie de Covid-19
Dans la tête d'un KimboCare enthousiasteDans la tête d'un KimboCare enthousiaste
Créer votre compte maintenant
S'inscrire
Besoin de plus d'informations